Etre « vieux » dans une société qui prône la jeunesse

C’est un fait, la société actuelle prône le fait de rester « jeune » et « dans le coup » quelqu’en soit le prix: régime adapté, sport, teinture pour cheveux, chirurgie esthétique,… On nomme cette tendance le jeunisme.

Pourquoi cette crainte de vieillir? Qu’en dit notre société?

Le terme jeunisme est un néologisme, ayant un caractère péjoratif, qui désigne une attitude ou une volonté de donner une place plus importante aux jeunes. La jeunesse est valorisée de manière excessive au point de devenir un modèle obligé.

Ce constat est criant quand on s’attarde sur la publicité où les cheveux gris sont souvent absents.

De plus, les discriminations dues à l’âge dans la sphère professionnelle sont de plus en plus fréquentes. Ayant peur d’être mis sur la touche, les salariés âgés sont prêts à tout pour avoir l’air jeune et dynamique.

A quel âge est-on vraiment « vieux »?

Avec l’allongement de la durée de vie, une question nous taraude… A quel âge est-on vraiment « vieux »? En effet, l’âge de la vieillesse s’est décalé depuis ces dernières décennies grâce aux progrès d’hygiène et médicaux. Toutefois, ce n’est pas si facile d’être considéré comme « vieux » dans une société qui prône la jeunesse.

Le critère principal est celui de la perte d’autonomie. Il est vrai que grâce aux maisons de repos et aux nouvelles technologies à domicile comme les détecteurs de mouvements, cette tranche de la population ne prend plus part à la vie active. Mais ici, nous parlons majoritairement des personnes de plus de 75 ans.

La création d’une nouvelle « catégorie » s’impose, celle des « seniors ».

Les seniors: d’où vient cette appellation?

Le terme « senior » apparait lors de la crise des années 1980 et désigne les plus de 55 ans, population en situation de pré-retraite. A l’origine, cette expression fait référence aux sportifs âgés de 19 à 34 ans, autrement dit à des compétiteurs assez jeunes. Le sport véhicule le mythe de la jeunesse. Dans notre cas, le mot senior n’est aucunement péjoratif car il qualifie des « jeunes » personnes âgées (55-70 ans) encore tout à fait dynamiques.

On est donc plus « vieux » à 60 ans mais « senior », le mot « vieux » possédant des connotations de déclin et d’incapacité physique et mentale.

En général, il est commun que la vieillesse soit dépréciée: moins adaptée au monde actuel, moins réactive, moins proche des nouvelles technologies,… Toutefois, celle-ci apporte également de grands avantages: les expériences de vie, une prise de recul sur les choses essentielles, la connaissance de soi,… De grandes richesses qui seront toujours appréciables.